11, rue Jeannette 10000 Troyes

N°118 – Septembre / Octobre 2015

Édito… Une information, désinformation

Redoutables. Les canulars qui circulent par mail (hoax en anglais), colportent de fausses informations avec efficacité. Ce ne sont pas des spams, car ils sont relayés par des contacts de bonne foi, amis, famille… Un message mensonger peut sévir durant des années, grâce à la crédulité des uns et des autres. Pourtant il suffit de taper dans la barre de recherche le mot hoax, suivi du titre du message ou de ses premiers mots, pour déjouer le piège. Eh non, aucun œuf n’a été cuit entre deux smartphones (!) même par des scientifiques russes…. Ne jetez pas vos poêles à frire ! Idem pour les photos prouvant tout (et son contraire), dans certains blogs. Faire un clic droit sur ladite photo pour en afficher l’adresse. Coller ensuite cette dernière dans la barre de recherche  » Google Images ». On découvre alors que l’attendrissant cliché de fillette serrant son ours en peluche, en plein conflit ukrainien, a été pris… en Australie, quatre ans auparavant. En matière d’info aussi, le  » tri sélectif  » s’impose.

Agnès Laurent.

Le journal et la solution des jeux…

N° 117 – Juillet / Août 2015

Édito… Pour un été à la page

Un sondage révèle que 64 % des Français liraient davantage de livres, « s’ils le pouvaient ». Pourtant, 33 % d’entre eux déclarent lire… de moins en moins !  Comment expliquer cet aveu d’impuissance ? Le coupable majoritairement invoqué est le manque de temps. Fort heureusement, l’été, tout change… Le temps y est donné, retrouvé, de s’adonner à ce qui est bien plus qu’une évasion, bien plus qu’un
loisir. À l’abri de la petite chose rectangulaire, le papier nous attend, patient et  généreux. S’y déploient les mots et leurs couleurs… La palette est vaste, entre la fiction, lieu de tous les possibles, la poésie qui insuffle, et l’ouvrage scientifique qui approfondit. Prodigue, le livre fait croître à la fois empathie et puissance de  raisonnement. Alors, l’été, plus que jamais, lisons, prêtons, empruntons des livres ! Quant aux jeunes, et cette indication doit nous interpeller, la même étude conclut que l’exemple familial reçu pendant l’enfance influence considérablement leur pratique ultérieure…

Agnès Laurent.

Le journal et la solution des jeux…

N°116 – Mai / Juin 2015

Édito… Le courage de la goutte d’eau

Face au réchauffement climatique, l’absence de solution miracle conduit bien souvent à un fatalisme attristé. Le découragement est là, qui guette l’individu, impuissant face au désastre qui vient. Il en va ainsi dans bien des domaines. La défense des principes républicains, notamment. Et sont qualifiés d’utopistes les défenseurs du vivre ensemble : «Faut pas rêver… » Pourtant, chaque pas, chaque geste, aussi modeste soit-il, est un maillon dans la  longue chaîne qu’il nous revient de forger. Les solutions collectives n’émergent-elles pas de nos milliards de petits riens ? Certes, par ses limites, l’humain n’a qu’une médiocre lisibilité sur la portée de ses actes. L’impossible existe, à l’échelle individuelle. À l’inverse, est réalisable ce qui est porté par le plus grand nombre. Alors, continuer. Même si les résultats ne sont pas perceptibles immédiatement. Et garder à l’esprit, comme l’exprime le proverbe chinois, que « le courage de la goutte d’eau, c’est qu’elle ose tomber dans le désert ».

 

Agnès Laurent.

Le journal et la solution des jeux…

N°115 – Mars / Avril 2015

une115Édito… Loup y es-tu ?

Une légende Cherokee raconte qu’un vieil indien, pour éduquer son petit-fils, lui décrivit en ces termes la condition humaine : « En chacun de nous, et tout au long de la vie, deux loups se livrent un âpre combat. L’un des deux est violence et peur, colère et avidité. L’autre est bienveillance et ouverture, joie et générosité ». Après un silence, le gamin, songeur, demanda au grandpère lequel des deux loups allait gagner en lui. Le vieil indien répondit : « Eh bien, c’est simple, ce sera celui que tu nourriras…» Il est des temps amers où le fautif est toujours l’autre… Et chacun de crier « au loup », variante apeurée du bouc émissaire, dans une très confortable victimisation.
Pourtant, mises à l’épreuve de l’introspection, nos « certitudes » – aussi commodes soient-elles – cèdent le pas à la nuance. Tout n’est pas blanc en nous, tout n’est pas noir chez l’autre.
Lucidité et empathie : afin que cesse le combat de chacun contre tous.
Et qu’on avance.

Agnès Laurent.

Le journal et la solution des jeux…

N°114 – Janvier / Février 2015

Édito… Luminothérapies

Il était déjà bien bas, le moral des Français, et voilà que l’hiver vient aggraver les choses : la dépression saisonnière fait rage… Hélas, ces temps-ci, notre organisme manque singulièrement de lumière. Alors qu’une journée d’été nous fait bénéficier d’une luminosité allant de 50 000 à 130 000 lux, un confinement hivernal frileux nous limite à des doses poussives de 500 lux maximum! Ceci étant posé, l’alternative existe : sortir, et cueillir le moindre rayon de soleil hivernal, afin de combattre la morosité. Une journée d’hiver ensoleillée diffuse tout de même jusqu’à 20 000 lux ! Collectivement, l’hiver systémique affecte aussi le bien-être social… Pour y remédier, il nous faut, là encore, sortir, sortir de soi, aller vers, s’ouvrir à…
Pour certains, il s’agira d’une balade, en compagnie de bons amis. Pour d’autres, d’une nouvelle activité associative, riche d’engagement et de positivité. Avec ce tour de force : recevoir de la lumière et en produire en retour…
Résilience ?

Agnès Laurent.

Le journal et la solution des jeux…

Le journal 10 de Coeur

– Présentation de la rédaction et mise en page
– Présentation de la participation des salariées
– Présentation de la distribution