11, rue Jeannette 10000 Troyes

N°116 – Mai / Juin 2015

Édito… Le courage de la goutte d’eau

Face au réchauffement climatique, l’absence de solution miracle conduit bien souvent à un fatalisme attristé. Le découragement est là, qui guette l’individu, impuissant face au désastre qui vient. Il en va ainsi dans bien des domaines. La défense des principes républicains, notamment. Et sont qualifiés d’utopistes les défenseurs du vivre ensemble : «Faut pas rêver… » Pourtant, chaque pas, chaque geste, aussi modeste soit-il, est un maillon dans la  longue chaîne qu’il nous revient de forger. Les solutions collectives n’émergent-elles pas de nos milliards de petits riens ? Certes, par ses limites, l’humain n’a qu’une médiocre lisibilité sur la portée de ses actes. L’impossible existe, à l’échelle individuelle. À l’inverse, est réalisable ce qui est porté par le plus grand nombre. Alors, continuer. Même si les résultats ne sont pas perceptibles immédiatement. Et garder à l’esprit, comme l’exprime le proverbe chinois, que « le courage de la goutte d’eau, c’est qu’elle ose tomber dans le désert ».

 

Agnès Laurent.

Le journal et la solution des jeux…